Vidéothèque
Pose d'une valve aortique percutanée (Edwards).

Ce film illustre l’implantation d’une valve aortique percutanée par le Dr Thierry Lefèvre et le Dr Marie-Claude Morice de l’institut Jacques Cartier à Massy.
Lire la suite >

Partie 1

Partie 2

 

 

Qualité standard

 Haute Qualité 

L’implantation valvulaire aortique percutanée

Par le Dr François Boustani

Sélection des patients pouvant bénéficier de la pose d’une valve aortique percutanée :

  • RAC serré avec une surface < 0.6 cm2/m2.
  • Classe NYHA > 2.
  • Contre indication à la chirurgie ou risque très élevé documenté par un Euroscore logistique > 20 %.
  • Espérance de vie supérieure à un an.
  • Un diamètre de l’anneau évalué en ETT ou ETO compatible avec la taille des valves.
  • Axes fémoroilliaques accessibles ce qui exige l’absence de sinuosités, l’absence d’athérome significatif et un diamètre de l’artère > 7 mm permettant l’accès d’introducteur entre 18 et 24 F. Dans le cas contraire, la voie apicale peut être utilisée.

Considérations techniques

Il existe deux types de prothèse utilisées actuellement : la valve Ewards qui est identique à la Carpentier-Edwards et la Corevalve.

Valve Edwards   Valve Corevalve
Bio prothèse en péricarde de bœuf placée dans un stent en acier inoxydable de 14 à 17 mm de hauteur.
  Bio prothèse en péricarde de porc placée dans un long stent en nitinol.
Deux diamètres disponibles 23 et 26 mm   Deux diamètres disponibles 26 et 29 mm
Délivrée au niveau de la valve native par gonflage d’un ballonnet.   Auto-expansible délivrée au niveau de l’anneau par le retrait d’une gaine avec une armature du stent expansible dans l’aorte ascendante.
Voie fémorale sous anesthésie locale ou générale ou voie apicale avec minithoracotomie.   Par voie percutanée plus facile que l’Edwards grâce au cathéter Retroflex.

Résultats et complications :

Le succès des implantations est de 90 %. Elle s’est améliorée dans les dernières séries avec le développement de l’expérience des opérateurs. La mortalité est actuellement inférieure à 10 % à un mois.

Les complications sont essentiellement de deux ordres :
Vasculaires liées à la taille de l’introducteur mais qui diminue actuellement avec la diminution de la taille des intriducteurs (18 F).
Les fuites aortiques volumineuses liées à une inadéquation entre la taille de la prothèse et celle de l’anneau.

Le risque des AVC est faible avec Edwards et presque inexistant avec Corevalve, en revanche le risque d’un PM est faible avec Edwards mais plus avec Corevalve.